browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Randonnée-observation de la faune sauvage

Posted by on mai 21, 2014

Randonnée réservée aux lève-tôt !

Les Monts du Cantal ont la chance de pouvoir compter sur leurs pentes des animaux aux caractéristiques montagnardes avérées. Au fil de notre randonnée, qui démarre soit très tôt (6 à 8 heures du matin selon la saison), soit en fin de journée (finissant bien souvent avec les lampes frontales), nous irons à la rencontre des chamois, mouflons, ou marmottes, qui ne se dévoilent qu’aux plus courageux !

La marmotte

Marmotte

Marmotte

L’espèce a été implantée ici en 1989 par la fédération départementale de chasse. Une centaine d’individus avaient alors été amenés depuis le col de l’Arche dans les Alpes. En 1999, on comptait une vingtaine de colonies de 5 à 10 animaux dans le département.

La marmotte vit dans des zones rocheuses et des pelouses d’altitude, elle creuse son terrier dans les pentes ensoleillées sous les gros rochers. Elle y hiberne d’octobre à mars, protégée du froid par le manteau neigeux qui fait une couche thermique sur les terriers. L’absence de neige peut être fatale. Elle  y fait ses petits.

Son alimentation est à base de végétaux, de racines et de bulbes, mais elle mange aussi des insectes, des larves et des oeufs.

 

Le mouflons

mouflon

Mouflons

Tous les mouflons de France sont originaires de Corse et de Sardaigne. Le mouflon fut introduit dans le massif cantalien en 1959 et 1966. Il possède une fourrure brune et appartient à la famille des ovins (moutons). Le mâle se distingue notamment par ses splendides cornes en spirales qui poussent en permanence, grandissant chaque année. Aujourd’hui, on compte environ 500 mouflons dans les Monts du Cantal.

Son régime alimentaire est constitué d’herbes, de feuilles, de fleurs et d’écorces en hiver. Moins agile que le chamois, le mouflon ne fréquente pas les falaises mais plutôt les pentes herbeuses et, en hiver, il fuit les trop grandes épaisseurs de neige et se réfugie dans les forêts des vallées.

 

Le chamois

chamois1

Chamois

Le chamois était présent dans le Cantal à l’époque préhistorique. Disparu depuis, le chamois fut réintroduit dans le massif cantalien en 1978. Les premiers individus (45 bêtes) ont été relâchés au Puy Mary. Animal typiquement montagnard, le chamois fréquente les sommets, les crêtes rocheuses, les éboulis et les landes. En hiver, il se réfugie dans les grands massifs forestiers des vallées. Le recensement de 2005 fait état de 780 chamois dans les Monts du Cantal, montrant son excellente adaptation au milieu.

Son régime alimentaire est frugal, il consomme herbes, feuilles et même des lichens. En été, le chamois trouve refuge dans les pentes escarpées inaccessibles et les falaises où l’on peut l’observer avec des jumelles.

One Response to Randonnée-observation de la faune sauvage

  1. G L

    Nous sommes allés cet ete (Aout 2015) avec mon mari et mes deux fils (13 et 15 ans) – génial pour les ados! – découvrir l’Auvergne et nous avons tous adore notre randonnée avec Hugues Dijols. Elle était très complète. Il nous a parle de la faune et de la flore des volcans d’Auvergne, la formation des volcans, les burons… Superbe! Les vues étaient magnifiques. Il avait même organise un pique nique avec des produits locaux (prévoir petit un supplément) et du thé! C’était très sympa. Il faut absolument prendre un guide pour découvrir l’Auvergne. Hugues était très sympa – vous lui dites ce que vous voulez faire et il l’organisera pour vous. C’est « Randonnée a la carte »! Superbe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.