browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Pica del Canigo

Posted by on août 9, 2013

Cela faisait longtemps que souhaitait gravir le Géant catalan. Sa silhouette majestueuse, visible depuis Sète par temps clair, et ses cimes tardivement enneigées me faisaient de l’oeil depuis plusieurs années…

En ce lundi 5 août, le temps étant de la partie (très chaud même), je profitais d’un jour de disponibilité et des vacances d’un ami de Toulouse pour partir à l’assaut du Pic !

Départ à 9h45 de Taurynia (alt. 545 m), situé dans la vallée de la Bohère, un peu au-dessus du village de Prades et de la magnifique abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa (à visiter absolument!). Après une montée régulière jusqu’au col de Millières (alt. 842 m), la pente s’accentue au passage dans la vallée du Fillols pour déboucher au col des Voltes à 1838 m (magnifique sentier serpentant dans une forêt de pins). Ensuite, c’est la grosse piste pour rejoindre le refuge des Cortalets, et son immense parking brassant des centaines de touristes (alt. 2150 m), où nous avons refait le plein d’eau. Midi passée, nous sommes allés prendre notre pique-nique au bord de l’étang situé juste au-dessus du refuge, afin de faire une petite pause bien méritée…

Sommet de la Pica del Canigo

Sommet de la Pica del Canigo

La suite du parcours nous a fait passé par le Pic Joffre (alt. 2362 m) puis rejoindre le sommet de la Pica del Canigo (alt. 2784 m) vers 14 heures. Que de monde dans cette montée assez raide, mais aussi assez régulière ! Je pense que beaucoup ne sont cependant pas allés jusqu’au sommet, mais quel bouchon ! Heureusement, une vue panoramique magnifique au sommet nous a réconcilié avec cette montagne (petit coup d’oeil sur l’arête du Quazemi (cotée AD-) qui sera un prochain objectif). La redescente par la fameuse Cheminée (assez technique avec quelques pas de II) était très agréable et nous a permis de rejoindre un versant beaucoup plus calme et loin du flot de touristes… On a aussi pu voir de nombreux pieds de Séneçon leucophylle, à ne surtout pas ramasser car c’est une espèce endémique (que l’on ne retrouve que sur le Mont Mézenc) et à ne pas confondre avec le Génépi qui lui ressemble beaucoup (Recette de la liqueur de génépi) !!!

Génépi sur les pentes du Canigo

Génépi

Séneçon leucophylle

Séneçon leucophylle

Après un passage par le Porteille de Valmaya (alt. 2591), puis par la Crête du Barbet (alt. 2712 m), nous sommes redescendus au refuge des Cortalets. Seconde halte, second remplissage en eau, et c’est reparti pour la descente interminable vers Taurinya… Après de nombreux kilomètres d’effort, nous avons fait une dernière halte dans le ruisseau de la Bohère pour nous rafraîchir un peu avant de reprendre la voiture !

Quelle journée d’effort ! Que de paysages magnifiques ! L’arrière-pays perpignanais et vraiment beau et les villages sont tous très jolis ! On a envie d’y rester et de s’y installer définitivement…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.